Se monter la sega à Miami, mode d’emploi

miami01

miami04

Porto-Vecchio, Calvi, Bonifacio, Ajaccio… Si tous ces endroits ont le vent en poupe pour se montrer l’été par chez nous, ils n’égaleront jamais, niveau « m’as-tu vu » – a sbacca – comme on dit en Corse, la célèbre Miami Beach.

Cela dit, puisque c’est le mois d’août et que vous avez sûrement vous aussi envie de vous prendre pour une star, laissez moi vous donner quelques conseils pour devenir le parfait Montasega, Made in America of course.

–          Se modeler un corps parfait.

C’est l’été, on va à la plage, on s’exhibe, shorts, maillots, petites jupes. Fini l’hiver et les grosses doudounes pour cacher vos rondeurs. Votre corps est à la vue de toutes et tous. Implants mammaires pour vous mesdames, et musculation « on the beach » pour nous les hommes. Ils ont pensé à tout,  à Miami ! Machines à lever de la fonte, barres de tractions… Aller « à la salle » est désormais has been et obsolète. Aujourd’hui, on transpire en bronzant dehors et devant tout le monde, en pensant à jeter un coup d’œil circulaire avant de boire à la bouteille de façon sexy quand passent les dames. En s’en mettant de partout, bien sûr, pour faire scintiller vos pectoraux d’acier !

miami03

–          Avoir le look.

Puisque vous disposez maintenant des clés pour avoir un corps de rêve, reste à le mettre en valeur !

Oubliez les chemises à fleurs piquées dans le placard de Tom Magnum : elles sont réservées aux retraités du fin fond du Vermont venus prendre le chaud en Floride.

Penchez plutôt pour les couleurs pastel de Sonny Crocket dans Miami Vice, avec des chaussures si bien cirées qu’on s’y verrait dedans. Mesdemoiselles, optez pour des robes courtes et échancrées, avec un décolleté mettant en valeur vos 4000 dollars fraîchement investis dans votre superbe poitrine !

Tout ça sans oublier les lunettes de soleil ! Pour celles-ci, une seule règle : plus c’est gros, plus « tu le sais, ça fait star ! ». Et surtout, ça cachera vos cernes de la veille. Sans compter que ça vous permettra de lorgner sur le décolleté des passantes sans risquer de passer pour un pervers.

miami06

–          Se faire tatouer.

Fini les temps ou l’art du tatouage était réservé aux détenus et aux bikers. Désormais, il n’a jamais été aussi simple de se faire passer pour un bad boy ! Tribal ou étoile, de toute façon, ça, vous pouvez être sûrs que les tatoueurs savent les dessiner à la perfection.  Après tout, ils en encrent à la pelle dans la peau de milliers de fashionistas. Pour l’originalité, il faudra repasser. Mais honnêtement, si vous étiez venus là pour la culture et les galeries d’art, ça se saurait.

miami05

–          Rouler en grosse voiture.

Puisque vous êtes désormais beaux et présentables, il ne reste plus qu’à vous balader au volant de l’engin qui va bien. Cabriolets, voitures de sport… Mustang, Maserati, Lamborghini – de location. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. De toute façon, peu importe ce qu’il y a dans le moteur. Vous allez rouler au pas devant les bars et restaurant, histoire d’être vus le long de la célèbre Ocean Drive. Libre à vous de monter le son d’une bonne vieille chanson de gangsta-rap pour renforcer le côté bad boy associé à votre tatouage qui fait peur ! Attention cependant de ne pas vous tromper en allant faire le plein. Pensez bien à vérifier de quel côté se situe le réservoir, sous peine que l’on se rende compte que ce petit bolide n’est pas le vôtre !

–          Bien se nourrir.

Non je plaisante. Je vais la faire courte pour celle-ci : mangez des sandwichs. De toute façon, vous n’êtes pas venus là pour la gastronomie non plus. Etre vus dans un beau restaurant oui, mais pas tous les jours. Votre budget (car malgré tout, vos fonds ne sont pas illimités) ne vous le permettrait pas. Il faut bien économiser quelque part.  Quitte à dépenser, autant que ce soit dans des bouteilles de champagne infecte au prix à trois chiffres !

–          Fermez là.

Honnêtement, si j’ai bien un dernier conseil à vous donner, c’est de ne pas parler. De toute façon, avec votre accent, vous serez grillés. Si votre maîtrise de l’anglais n’a d’égale que votre humilité, taisez-vous. Les accents bizarres, ça ne marche que dans les films avec Tony Montana.

Et puis, entre-nous, si vous êtes venus à Miami pour parler à des gens intéressants, vous auriez tout aussi bien fait de passer un coup de téléphone à Bernard-Henri Lévy.

miami02

viaghju_aria_aout2011

Cet article est également paru dans le Magazine ARIA de la compagnie aérienne AIR CORSICA, au mois d’Août 2011.

Bonus video:

Subscribe

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Viaghju » 2 Corsi amichi-amichi - novembre 30, 2011

    […] sbacca made in Miami, ou comment se monter la sega comme il faut, à lire ici ! This entry was posted on Mercredi, novembre 30th, 2011 at 14:25 and is filed under USA. You can […]

Laisser un commentaire